Lire

Inage a la une
Digital 22.01.21

Kid's Tech

Décryptages

Après la génération Y et la génération Z vient la génération Alpha. La technologie jette aujourd’hui son dévolu surla génération naissante pour améliorer son apprentissage éducationnel dans un spectre ludique.

La génération Alpha – née entre 2010, soit l’année de la création de l’iPad et d’Instagram, et 2025 – redessine le nouvel underground du divertissement et de l’éducation en imposant sa pensée et son utilisation massive des technologies.

On le sait, la cohorte issue du mariage des millennials est aujourd’hui la plus jeune, et la plus consommatrice en matière de numérique de toutes les générations : le smartphone reste le jouet préféré de 44% des enfants de la Gen Alpha, et seulement 2% d’entre eux n’utilisent aucune technologie selon une étude menée par domain.me. De quoi faire de la compréhension de son comportement, un élément clé de la réussite technologique.

Les marques l’ont vite compris et alignent tour à tour leurs offres sur le mode de vie de ces « screenagers » et futurs consommateurs.

En juin 2019, Amazon a déployé une Echo Dot Kids introduisant la domotique pour les enfants avec comme argument de vente, un abonnement d’un an à Amazon Kids + et un assistant vocal proposant des divertissements éducatifs, des livres Audible, de la musique, des jeux… Plus important, un contrôle parental limite l’usage de l’Echo Dot à un certain contenu et bloque les publicités.

Dans la même lignée cette année, la plateforme musicale Spotify a décidé de targeter « la nouvelle génération d’auditeurs » en lançant une version Spotify Kids. . Une application qui offre aux familles un environnement d’écoute autonome et adapté aux enfants grâce à un contenu trié sur le volet, et à un algorithme qui ne modifie pas le flux suggéré de l’utilisateur principal. Si c’est le détenteur du compte familial qui paye, cette initiation musicale est également une stratégie pour récupérer les enfants sur la plateforme quelques années plus tard…

Durant le confinement, Facebook a profité de l’éloignement pour étendre sa nouvelle application Messenger Kids à plus de 70 pays. L’application s’adresses aux enfants de moins de 13 ans et a été créée pour permettre aux petits de rester en contact avec leurs proches en toute sécurité malgré la distanciation sociale. Une approche du lien à laquelle les parents sont plutôt favorables puisque selon domain.me, 54% des parents de la génération Alpha estiment que la technologie aide leurs enfants à se connecter avec d’autres enfants de manière positive.

Début 2020, une rumeur courrait qu’Apple développerait une Apple Watch Kids avec le nouveau mode enfant de WatchOSa afin de permettre aux parents de coupler leur montre à celle de leur enfant pour en contrôler le contenu. Ce bracelet viendrait concurrencer la Ace 2 de Fitbit et l’Aki de Never Labs qui permettent déjà de garder un oeil sur le quotidien des plus jeunes.

Mais de nouveaux arrivants tendent à démocratiser cette nouvelle génération de technologies de manière plus large, en créant des outils permettant un accompagnement de ces jeunes dans leurs tâches journalières avec ludicité.

Alors que la technologie se porte de plus en plus vers l’amélioration et l’optimisation de la santé, Pokemon Smile, Brush Monster, et Happybrush Kids sont des kits éducatifs intelligents dédiés au brossage buccodentaire, qui incitent les enfants à se brosser les dents tout en mettant l’accent sur le plaisir et l’interactivité. Les enfants sont animés par l’envie de jouer avec la réalité augmentée tandis que le système d’analyse donne un rapport en direct des améliorations possibles de l’hygiène dentaire.

Sur le terrain de l’éducation culturelle, des solutions digitales introduisent un nouvel apprentissage des langues, plus immersif et playfull. L’application MondlyAR rend par exemple le processus beaucoup plus engageant et interactif grâce à la réalité augmentée et à un assistant virtuel qui permet des dialogues directs avec l’utilisateur.

Dans le même genre, Hachi a présenté cette année Hachi Infinite au CES en tant que tout premier projecteur à écran tactile et assistant virtuel avec une partie dédiée à l’éducation des enfants qui permet un apprentissage disruptif de la langue, de l’écriture, la cuisine, le dessin etc…

Quid des données personnelles des enfants ?

Alors que la question de l’identité numérique est au coeur des débats, celle des données personnelles des enfants et des non-majeurs devient un sujet brûlant aux vues de ces mutations technologiques. Aux Etats-Unis, 92% des enfants âgés de deux ans ou moins ont une empreinte numérique en raison du partage de photos de leurs parents sur les réseaux sociaux (AVG).

L’année dernière, Amazon a été accusée de collecter avec son Echo Dot, des données d’enfants, et ainsi de ne pas respecter la COPPA qui limite les données collectables par les entreprises sur les enfants sans la permission explicite de leurs parents aux Etats-Unis.

Certaines entreprises ont ainsi construit leur identité autour de la confidentialité. La société londonienne Yoto a par exemple lancé en collaboration avec le studio de design Pentagram, une enceinte connectée qui renonce totalement à la caméra, au microphone et au contenu sponsorisé.

Face à la situation juridique désuète, les législateurs ont encore à faire, mais les marques commencent à considérer et à s’adapter face à l’enjeu des données personnelles sur la vie privée de la génération Alpha, plus grosse cible de toutes les générations en matière d’identité numérique.

Plus d'actualités