Lire

PHOTO MP 1
29.03.21

NellyRodi en Corée : Mihye Park témoigne.

Interviews

Vous représentez NellyRodi en Corée depuis de nombreuses années et bénéficiez d’une expérience sans équivalent sur ce marché, quelles sont les clients avec lesquels NellyRodi travaille en Corée et pour quoi faire ?

NellyRodi est présente en Corée depuis le début des années 1990 et a accumulé une expertise inestimable sur le marché coréen.

La plupart des entreprises qui dominent le marché de la mode, de la beauté, de la décoration d’intérieur, de l’électronique et de l’industrie chimique sont os clients. Parmi eux, nous pouvons citer Samsung, LG, Amore Pacific, Hyundai, SK, Hyosung, CJ, E-Land, FURSYS et KCC Group. Je suis très fière de contribuer à leur développement en tant qu’agent local de NellyRodi.

Comment la crise du Covid-19 affecte-t-elle les industries créatives en Corée ?

La Corée n’a pas pu éviter la pandémie de Covid-19 même si elle a été moins touchée que d’autres économies. Grâce à la réglementation nationale sur le port du masque et à des mesures de quarantaine dès les premiers jours de la pandémie, la Corée n’a pas connu de confinement. Cependant, la plupart des industries ont quand même été impactées, les industries créatives en particulier. Heureusement, les Coréens ont réagi avec agilité.

Les entreprises se sont rapidement restructurées et ont accéléré leur transformation numérique et leur intérêt pour le développement durable. De nombreux e-shops ont été ouverts ou renforcés, et la plupart d’entre eux ont été spécifiquement adaptés aux Millénials et à la génération Z.

On peut citer comme exemple, une nouvelle marque en ligne « 10MONTH3″, qui propose des vêtements sans saison destinés à être portés pendant 10 mois. Les designs sont sélectionnés grâce à la data et les patrons sont ensuite réalisés par des tailleurs experts.

Une plateforme multimarque « Musinsa » s’est également rapidement imposée sur le marché et a lancé avec succès sa marque propre de vêtements casual « Musinsa Standard ».

Renforçant sa responsabilité à l’égard des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), « Hyosung TNC« , une entreprise leader mondial des fibres chimiques, a étendu son approvisionnement en fibres provenant de bouteilles en plastique recyclées, tout en développant des fibres antivirales. Autre exemple de l’intérêt d’une envie de réconcilier mode et développement durable, la marque « RE;CODE, qui recycle des stocks tissus inutilisés, attire de plus en plus l’attention du public. Elle a récemment collaboré avec Nike.

Malheureusement, le retail physique est toujours en difficulté. Mais de nouvelles tentatives de résurrection font jour.

Par exemple, « Gentle Monster Dosan House », qui a ouvert le 14 février dernier, se présente comme une galerie d’art, et non un centre commercial, avec des lunettes Gentle Monster, des cosmétiques Tamburins, et un café Nudake dans un superbe bâtiment de 5 étages.

Autre exemple, « The Hyundai Seoul« , a ouvert le 26 février et a refusé d’utiliser les mots « grand magasin » pour se différencier de ses confrères plus traditionnels. Ce nouvel espace est en train de devenir une destination incontournable à Séoul. Il a été conçu pour ressembler à un grand jardin botanique plutôt qu’à un espace commercial, avec une superficie totale de 88 100 mètres carrés. Arket y a d’ailleurs ouvert son premier magasin phare en Asie, et Richard Rogers (architecte du Centre Pompidou à Paris) a participé à la conception initiale du point de vente.

 

Pourquoi les marques de luxe enregistrent-elles une croissance significative en Corée malgré la crise ?

Les Coréens apprécient la qualité, l’artisanat, l’innovation et ils aiment les marques de luxe qui peuvent satisfaire leurs goûts. La Corée est également un pays très important sur le plan géopolitique pour les marques de luxe. Toutes les grandes marques internationales ont non seulement des magasins incroyables en Corée, mais elles choisissent aussi de plus en plus la Corée comme pays leader en Asie pour organiser le lancement d’un nouveau produit dans cette région du monde.

J’ai retenu deux raisons principales pour expliquer la croissance des produits de luxe en Corée, même pendant la pandémie.

Premièrement, puisqu’il est interdit de voyager, les consommateurs qui achetaient des produits de luxe à l’étranger sont revenus en Corée. Les jeunes mariés en font partie. Or, certains d’entre eux ont tendance à s’acheter des produits de luxe comme cadeaux de mariage lors de leur voyage de noces à l’étranger. Ne pouvant plus voyager, ils les ont achetés en Corée. Les objets et accessoires de luxe sont reconnus comme un très bon investissement. Les produits vintage se revendent très cher en Corée.

Deuxièmement, l’explosion du marketing en ligne s’est accélérée grâce à la transformation numérique opérée par les marques de luxe. Le renforcement des achats en ligne et leur exposition via les réseaux sociaux ont un impact significatif sur les Coréens. La Corée est classée dans le top 10 mondial des économies les plus digitales, plus de 90 % des Coréens sont équipés de smartphones. Burberry, Gucci, Dior, Prada, Tiffany, Montblanc et d’autres grandes marques de luxe se sont lancées sur « Kakao Talk » : un service de messagerie coréen populaire pour l’achat de cadeaux. Il permet aux consommateurs d’acheter des biens en un clic pendant un chat.

Plus d'actualités