Lire

image
Ophélie Meunier 30.03.21

The Next MegaTrends : L’essentiel pour comprendre le monde et ses enjeux

NellyRodi dévoile sa nouvelle étude « The Next MegaTrends : 2021 and Beyond ». Les 10 antidotes qui donnent des clés inspirationnelles et chiffrées pour appréhender de façon créative et business les contours du monde de demain. Pour comprendre, anticiper, et agir.

Le contexte sanitaire, social, politique, environnemental et citoyen interroge nos priorités, notre rapport au temps et à la consommation. À quoi ressemblera-t-il, ce monde d’après ?

Imaginer des stratégies pérennes et désirables, sentir les attentes des consommateurs et émerger tout en respectant les aspirations de tout un chacun restent les vœux de nombreux communicants, décideurs et entrepreneurs de 2021.

L’étude réalisée par NellyRodi, « The Next MegaTrends : 2021 and Beyond » apporte des réponses et des éclairages à ces questions par l’intermédiaire de 10 antidotes clés. Via des exemples inspirants et faciles à adapter à des situations concrètes, trouvez des solutions business créatives et intelligentes, de quoi fédérer des équipes ou démarrer de nouveaux projets.

  • Quelles sont les valeurs structurantes et inspirationnelles à connaître ?
  • Comment mesurer les enjeux du monde actuel et dessiner les contours de demain ?
  • Sur quel centre de gravité fonder les stratégies performantes à venir ?
  • Quelles sont les MegaTrends incontournables de 2021 et après ?

Elles sont 10 et commencent toutes par la lettre S !

Envie d’en savoir plus ? Découvrez en exclusivité notre étude « The Next MegaTrends : 2021 and Beyond »

En avant-première, découvrez l’extrait d’une MegaTrend : la Sensiblité.

Notre sensibilité est au cœur du réacteur !

Aujourd’hui, et plus que jamais, nos sens sont chahutés, nous avons besoin de nous sentir vivants. La pandémie a causé de nombreux dégâts à nos sens. Nous ne nous voyons plus, les masques, divers écrans et autres réunions Zoom sont passés par là. Nous sommes tous, au bout d’un an de confinements à répétition, en déficit de sensibilités et de contacts en tout genres.

Dans un monde en perte de repères, aux émotions bouleversées, qu’advient-il de nos sens ? Ce sujet de la sensibilité devient central et dirige bon nombre de nos aspirations.

Un mot émerge alors, au carrefour de plusieurs notions.

#empassion, mélange subtil d’empathie et de passion. À tout prix, nous cherchons à être en accord avec notre interlocuteur et les systèmes qui nous entourent. Nous sommes à la recherche de voix concordantes, de voies nouvelles et de découvertes. Nous sommes à l’affût d’un sixième sens peut-être, comme si le fait de pouvoir perdre ce qui fait notre exception humaine, nos cinq sens, nous poussait à chercher une sensibilité exacerbée. De nouveaux territoires sont à imaginer, nos attentes sont différentes, elles sont ailleurs, plus loin. Fabrice Midal et son best-seller “Suis-je hypersensible” l’a bien perçu. Le sommes-nous tous ?

Dans cette MegaTrend, plusieurs courants émergent et se répondent. Dans cette quête de sensibilité, nous avons remarqué une émergence de ce que nous avons appelé des ensembles vifs. Nous sommes à la recherche de nouveaux partages. Des ondes abstraites fédèrent et créent des sensibilités collectives. Que l’on vive seul(e), en couple, à trois ou à plusieurs, nous sommes en quête d’émotions, d’un vécu et d’un lieu affectif. Le lien est créé par le sens, et par essence. Billie Eilish, créature émotionnelle idole des jeunes générations, est une magnifique représentation de cette sensibilité exacerbée. Phénomène d’identification grâce notamment à sa chanson “Not my responsibility”, elle propose une forme de communion par les sens qui enchante et soulage d’une certaine manière des milliers de jeunes. Dans une autre forme, comme une communion sensorielle, existent aujourd’hui des siestes électroniques où des milliers de personnes se réunissent pour se relaxer en écoutant de la musique…

Par ailleurs, la sensibilité aujourd’hui fait écho à la  notion de résilience. La dissonance est utilisée de manière inédite. L’hypersensibilité prend alors une nouvelle tournure, elle est vécue comme une valeur ajoutée. La maladie et l’accident sont valorisés et complètement détournés, présentés presque comme des suppléments d’âme. Grand Corps Malade a fait de son accident et de son handicap une force et son identité. Au-delà de son nom d’artiste et de la métonymie qui lui sert de carte de visite, cette épreuve est devenue sa force. Les grands équipementiers deviennent de plus en plus inclusifs et intègrent les handisports dans leurs discours. Nous assistons à une renaissance, un retour des sens pluriel. L’utilisation du handicap n’est pas un discours marketing, c’est une force. Le café Joyeux est un magnifique exemple de ce mot qui nous avons inventé, #empassion. Ils ont eu l’idée d’utiliser le handicap et la trisomie de ces personnes pour donner du sens à un projet, une nouvelle envergure, une visibilité utile. Aux Etats-Unis, la marque Target a imaginé des costumes pour Halloween pour les enfants atteints de troubles moteurs. Et si l’inclusivité était une notion plus large que ça ?

Les sens n’ont pas de limites. Et notre sensibilité perd parfois la notion de réel. Et si demain était l’avènement de l’extrasensorialité ?

Plus d'actualités