Lire

Nous contacter
Wirex Blockchain
Timothée Richard 16.12.20

Blockchain, le game changer du retail

Décryptages

Du paiement à la distribution en passant par la fidélisation du client, la « chaîne de blocs » offre une seconde jeunesse au secteur du retail.

Alors que la blockchain est sur le point de révolutionner l’industrie du luxe en rétablissant un lien de confiance entre la marque et le client, elle constitue par ailleurs un réel « game changer » pour le secteur du retail qui s’essouffle face à un consommateur en perpétuelle quête de renouvellement expérientiel.

Une alternative aux méthodes de paiement traditionnelles

Si la blockchain s’est au fil du temps éloignée de son utilité première pour recevoir de multiples applications, elle permet toujours de réaliser des transactions crypto-monétaires, et constitue à ce titre un outil pratique. Grâce à un porte-monnaie virtuel, il suffit au client de scanner un QR code apposé au produit à l’aide de son smartphone pour devenir propriétaire de ce bien.

Dès 2014, certains commerces en ligne ont ainsi profité de cette brèche technologique pour proposer le paiement par transaction Bitcoin afin de faciliter l’achat et d’améliorer le parcours client. La marche a d’abord été ouverte par le premier site français de déstockage Showroomprivé.com, suivi plus tard du géant américain Amazon, ou encore de l’agence de voyages Expedia. Aujourd’hui, plus de 100 000 e-commerces proposent ce moyen de paiement.

Et si cette méthode de paiement était d’abord l’apanage des pureplayers, elle s’est finalement étendue aux retailers physiques. La start-up américaine de paiement Flexa propose par exemple depuis début 2019 à Whole Foods, Nordstrom, Starbucks et des dizaines de sociétés appartenant à Amazon de prendre en charge le paiement Bitcoin. Grâce à une application dénommée SPEDN, les détenteurs de crypto-monnaies peuvent en effet payer de manière instantanée chez tous les marchands se fournissant chez Flexa.

Un phénomène également observé en France au Passage du Grand Cerf à Paris – d’ailleurs surnommé le « Bitcoin boulevard » – où il est possible de payer par Bitcoin dans un panel entier de magasins.

Un mode de paiement moins onéreux

Outre l’aspect expérientiel de la transaction crypto-monétaire, elle favorise également un mode de paiement moins onéreux puisqu’une transaction Ethereum ne coûte que 0,2$ quel que soit le montant, tandis que les frais MasterCard et American Express oscillent entre 2,6% et 3,5% du montant.

Dans cette optique de démocratisation du paiement crypto-monétaire et donc de réduction des coûts de transaction, des start-ups telles que TenX et Wirex proposent des applications permettant aux utilisateurs de connecter leurs porte-monnaies numériques à un porte-monnaie Visa afin qu’ils dépensent leur argent électronique où et quand ils le veulent.

Un moyen de rapprocher le client de la marque

Autre preuve que la blockchain est amenée à réenchanter le retail, celle-ci va favoriser la fluidité du parcours d’achat en automatisant et en accélérant le process grâce à l’utilisation des « smart contracts ». Mais plus loin encore, la blockchain va solutionner la connaissance seamless du client en s’enrichissant du registre sauvegardé dans la chaîne. En effet, l’analyse de « l’historique d’achat » du client permet à terme au distributeur de lui proposer des produits ciblés en fonction de ses habitudes de consommation.

Et alors que 23% des consommateurs affichent une indifférence, voire une réaction négative vis-à-vis des politiques de fidélisation et de l’engagement, la chaîne de blocs va rapidement se révéler être le nouveau leitmotiv de la fidélisation client. Grâce à ce même historique d’achat, au processus d’authentification des produits de luxe, et au suivi du cycle de vie des biens, le client est récompensé par ses marques préférées de manière automatique chaque fois qu’il accumule des achats.

Un processus de fidélisation qui fonctionne autant sur les articles neufs que sur les produits de seconde main authentifiés. Comme l’expliquait Clément Bergé-Lefranc, le co-fondateur de Ledgys (une start-up spécialisée dans l’accompagnement des entreprises dans la transformation de leur activité avec la blockchain) « un collectionneur de sacs de luxe qui n’achète que des produits de seconde main est totalement invisible pour une marque ». « S’il le souhaite (grâce à la blockchain), il pourra se déclarer à la marque et prouver ses possessions, en fonction la marque pourra offrir des avantages, comme par exemple une édition limitée ».

D’une autre manière mais toujours dans une stratégie de fidélisation, la blockchain permet aux marques de former un cercle communautaire avec ses clients.

Costaflores, une propriété vinicole Argentine, a par exemple développé sa propre blockchain et sa crypto-monnaie afin de commercialiser ses bouteilles de vin uniquement aux détenteurs des jetons Costaflores. La totalité des récoltes situées après 2018 sera ainsi vendue contre des jetons (sachant une bouteille vaut un jeton) et chaque jeton peut ensuite être vendu ou échangé contre des bouteilles de vin par les détenteurs.

Image à la Une : Wirex – Blockchain

Plus d'actualités