Lire

Nous contacter
Mirror
Soège Lecocq 21.01.21

Home Fitness

Décryptages

Alors que le travail et la vie quotidienne se structurent autour de la maison, le sport se réinvente et transforme le foyer en un studio d’entraînement personnel.

Aux horaires chargés, centres de plus en plus bondés et aux problèmes de stationnement s’ajoutent un home office de plus en plus présent, et plus récemment une crise sanitaire qui change la donne pour les salles de sport désertées du jour au lendemain par des consommateurs qui s’orientent dorénavant vers un activité sportive à domicile.

Vers de nouveaux horizons suite au COVID

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en France, 59% des Français affirment avoir pratiqué une activité physique ou sportive au moins une fois par semaine durant le confinement (contre 61% en 2019), signe que l’ordre de rester chez soi et la fermeture des salles n’a pas suffi à démotiver les sportifs.

Et c’est le secteur des articles de sport qui profite particulièrement de la crise. The Guardian rapporte que durant le confinement, la fermeture des salles de sport a fait grimper de 500% l’intérêt des américains pour les équipements d’exercice à domicile.

Les application de fitness et de remise en forme, toujours plus nombreuses et variées, battent aussi tous les records. Le cabinet d’analyse du marché des application App Annie rapporte une hausse des téléchargements de 40% dans le monde durant le lockdown par rapport à la moyenne hebdomadaire des mois de janvier et février.

Virtualisation de l’activité

Malgré une situation inédite qui redessine tout le paysage fitness, cette tendance est déjà installée depuis quelques années, fruit de la virtualisation des expériences.

Alors que la culture se repense au prisme de la distanciation sociale et de l’expérience 100% digitale, la pratique sportive change de paradigme avec la naissance des séances d’entraînement sur Instagram, Youtube, Zoom et des plateformes d’entraînement virtuelles.

Pour faire face aux perturbations liées au COVID-19, des plateformes déjà leaders dans la pratique virtuelle telles que Nike Training Club, LesMills On Demand ou Adidas Training ont rendu publiques tout ou partie de leurs sessions en ligne. Un moyen de provoquer la venue d’une cible peu habituée ou encore dubitative sur ce moyen de rester en forme, et qui fera peut-être réfléchir sur un potentiel retour à la salle de sport après avoir goûté à l’expérience interactive en ligne.

LesMills On Demand

Les plateformes et applications spécialisées dans le Yoga – activité sportive virtuelle la plus populaire – telles que Alo Moves, Sky Ting TV, Glo ou Daily Yoga sortent aussi gagnantes du confinement. En proposant des séances en ligne avec des mensualités comprises entre 9$ et 30$, elles se démarquent des salles de yoga traditionnelles aux prix largement supérieurs.

En dehors des plateformes spécialisées, YouTube, Instagram et Zoom tirent aussi leur épingle du jeu durant la crise sanitaire de par la gratuité du service. Sur Instagram, coachs, influenceurs et salles de sport tels que Sissy Mua, Laury Thilleman, KlayParisNeonessBarre Shape proposent des séances régulières, revisualisables à l’infini et sans contrepartie financière dans l’optique de fidéliser leur communauté et d’accroître leurs abonnés.

Outre les prix avantageux, les facteurs de commodité, de flexibilité et d’inclusivité du on-demand font la grande différence de l’expérience virtuelle. Non seulement il s’agit d’une économie de temps non négligeable, mais elle permet aussi aux consommateurs timides de pratiquer leur activité sportive sans avoir à se soucier des regards extérieurs ou éventuelles critiques sur leur physique.

IGTV Klay Paris Sissy Mua

Les marques fitness-tech ont le vent dans le dos

Dans le haut de gamme, les technologies et appareil connectés dédiés au sport introduisent une nouvelle dynamique dans la sphère fitness, et sont sur le point de devenir le nouveau moteur de croissance de l’industrie.

Devenu rapidement une référence en la matière, Peloton disrupte le vélo en salle avec son Peloton Bike connecté vendu entre 2245$ et 2694$ comprenant des cours de spin bike à la demande à partir de 58$/mois. Reuters rapporte que durant le confinement, les ventes de Peloton ont bondi de près de 61% pour monter à 420 millions de dollars au cours de son troisième trimestre fiscal clos le 31 mars. Malgré une forte concurrence (SoulCycle, Echelon, Technogym Bike…), il a su se distinguer de ses pairs par le confort de son équipement et la qualité de ses cours virtuels.

Une vie prospère qui pourrait bien être menacée par Apex, le petit nouveau anglais disponible en précommande dont le coût ne dépasse pas les 1200£ pour un vélo et 30£/mois pour un abonnement.

Spin bike par Peloton

Dernière innovation en date, les miroirs d’entrainement intelligents tels que Mirror, Forme Life, Tonal, ou encore Tempo, sont l’objet de toutes les attentions dans le milieu du home fitness. Ces nouveaux équipements de sport connectés  assimilables à personal trainers, permettent un suivi de la forme physique en continu grâce à l’écran LCD tactile, aux haut-parleurs stéréo, à la caméra et au microphone qui rendent l’expérience hautement interactive.

Miroirs connectés Forme Life Mirror

Peu encombrants et esthétiquement attractifs, ils promettent une nouvelle approche du sport, certes beaucoup plus onéreuse – un miroir coûte entre 1500$ et 5000$ -, mais qui saura séduire les prochaines générations particulièrement soucieuses de leur forme physique et ultra-connectées.

Plus d'actualités